Aide | English | Connexion | Créer un compte
seksi kalmak icin cabalar Fakat her ne kadar spor yaparsa http://www.kaderi.info yapsin genc bir erkekle yasadigi seks heyecani kadar hic bir http://www.hazirlan.info seyin kendisini genclestiremeyecegini cok iyi bilir Bunun http://www.cavapsiz.info icin oglunun universiteden genc bir arkadasini kendisine secer http://www.kafadan.info ve ogluna onu eve davet etmesini ister cok fazla ilgilendigi http://www.makatdan.info genc oglani kalici misafir olarak evde kalmasini saglayan milf oglu http://www.gelirsin.info isten evden ayrilip markete kadar gittiginde genc oglanin http://www.incirli.info yanina oturur ve sikini memelerini arasina alip bosaltir ve http://www.uluslararasi.info dusta temizlenmek icin banyoya geldiklerinde banyoda http://www.bendir.info da bir posta kendini siktirip yoga yaparken yanina cagirir
|
menu close

Votre réussite professionnelle est-elle liée au mentorat?

Par Jim Pealow, M.B.A., CMA, c.a.é

rating

Je n'ai encore jamais rencontré quelqu'un qui n'accorde pas une certaine valeur au mentorat. Ce qui m'amène à poser la question suivante : pourquoi n'y a-t-il pas plus de mentorat? Est-ce parce qu'il est pratiqué de façon officieuse et qu'on entend peu parler de cette activité? Lorsque je discute de mentorat avec des cadres d'associations, ceux-ci semblent presque tous en connaître les avantages pour les apprentis, mais peu d'entre eux soulignent les avantages pour les mentors. C'est peut-être la raison pour laquelle on observe peu d'individus prêts à agir à titre de mentors et d'activités officielles en ce sens.

Je fais du mentorat officiel ou non officiel auprès d'au moins dix personnes dans le secteur associatif, et on me demande souvent quels avantages je retire de cette expérience. Pourquoi je continue? Parce que :
  • Je retire de la satisfaction du fait de savoir que je rends un peu de ce que d'autres mentors m'ont donné.
  • Je suis soucieux de développer les capacités dans le secteur associatif et peut-être puis-je aider les associations telles que les organismes dédiés à la poursuite du bien public, et par le fait même mes concitoyens canadiens.
  • Il est souvent plus difficile de se sentir valorisé dans le milieu de travail et le mentorat fournit à la fois reconnaissance et récompenses.
  • J'ai un meilleur aperçu de la pensée des autres générations.
  • Je me fais de nouveaux amis qui partagent la même ouverture d'esprit.
  • J'identifie des talents futurs pour ma propre organisation et pour d'autres.
  • J'apprends à connaître d'autres pratiques de travail et des enjeux dans le secteur associatif.
  • Grâce au partage, je peux apprendre de mes erreurs et de celles des autres, et valider des plans antérieurs, actuels et futurs.
Bien que je me considère un mentor, je n'avais jamais véritablement songé à la définition du terme « mentor » avant d'entreprendre la rédaction de cet article. Un mentor assiste ses protégés en matière de stratégie et d'orientation afin de les aider à concrétiser leurs plans de carrière. Je crois que la plus grande partie de mon travail de mentor est informelle – nous n'acceptons pas ne normes de conduite ou de clôture de mentorat sur les objectifs atteints dans le plan de carrière du protégé. J'écoute, j'encourage, je donne des conseils et du retour d'information sur des options, je vérifie les progrès réalisés, j'aide à la préparation du curriculum vitae et partage des possibilités le cas échéant.

Dans une relation de mentorat officiel ou non, je suggère toujours aux apprentis de préparer un plan de carrière de façon à pouvoir planifier et orienter sa carrière, et atteindre les succès désirés. Les participants au dernier cours du programme de c.a.é. ont comme travail l'élaboration d'un plan de carrière. On me dit souvent que c'est là le travail le plus difficile du programme de c.a.é. J'entends des commentaires tels que, « je préférerais préparer un plan marketing, un projet d'analyse comparative de nouveau produit ou une analyse de programme ou d'entreprise. » Il est difficile de se trouver confronté à la réalité et de devoir s'auto-analyser. Certains étudiants revoient leur plan de carrière avec un mentor. Ces élèves sont sérieux, et plusieurs d'entre eux signent leur plan et le tiennent pour contrat personnel.

La plupart des plans que j'ai vus souhaiteraient de meilleures activités de mentorat. Beaucoup de participants au programme de c.a.é. recherchent pour la première fois des mentors ou espèrent ajouter au moins un mentor à leur formation complémentaire. Je suis convaincu que beaucoup d'autres qui ne suivent pas le programme de c.a.é. recherchent eux aussi, ou devraient rechercher des mentors. Dans le cas de ceux qui ne suivent pas le programme de c.a.é., les mentors peuvent suggérer, s'ils prévoient une carrière en gestion d'association, de suivre le programme de c.a.é.. Une chose est certaine, le secteur associatif a besoin d'un nombre accru de mentors.

Je reçois régulièrement des appels ou des courriels d'étudiants qui vont de l'avant et obtiennent leur désignation c.a.é. Ils m'informent qu'ils ont un nouvel emploi et que leur plan porte fruit. Beaucoup m'ont affirmé que l'un des meilleurs avantages de la SCDA est d'offrir un programme d'apprentissage qui les oblige à s'auto-analyser. Les discussions relatives à la réussite professionnelle révèlent qu'un plan de carrière et le mentorat jouent des rôles essentiels.

Il existe divers types de mentors, et il n'est pas rare qu'un individu motivé ait plusieurs mentors en fonction des aptitudes professionnelles et personnelles recherchées. Il est également important de savoir qu'un mentor ne doit pas obligatoirement résider dans la même ville ou province. Différents mentors peuvent proposer des perspectives variées et favoriser le cheminement adéquat et la motivation de l'apprenti.

Certains apprentis n'ont même pas conscience qu'un mentor les suit. Dans certains cas, ils croient qu'un intervenant de leur organisation vient mettre son grain de sel et formuler quelques commentaires. Les apprentis doivent comprendre en quoi consiste le mentorat. Peut-être vous rappelez-vous des situations où vous n'avez pas su reconnaître qu'un mentor essayait de vous aider à revenir sur la bonne voie.

Le mentorat est efficace, mais il doit se fonder sur des apprentis qui vont établir la relation en fonction de leurs exigences puis ouvrir la voie à des arrangements. L'apprenti a alors la responsabilité de comprendre le mentorat et la façon de rechercher, informer et développer le mentor pour le soutenir en fonction de ses attentes. Il est essentiel de ne jamais négliger les attentes du mentor. Les mentors sont habituellement très occupés et souhaiteront que les arrangements soient clairs et bien orientés.

Assumant un rôle de leadership dans le cadre des arrangements pris, l'apprenti doit s'exprimer et communiquer ses préoccupations afin de s'assurer qu'on réponde à ses attentes. Il doit alors faire preuve de franchise, un élément essentiel puisqu'il arrive que certains mentors prêchent, n'écoutent pas et fassent des erreurs, même s'ils ont un titre important. La franchise évite à l'apprenti et au mentor de perdre leur temps.

Le mentor doit se demander comment il peut aider son protégé, et comment il peut répondre à ses attentes. Pour répondre aux attentes de son protégé, le mentor doit non seulement partager son curriculum et ses réussites, mais aussi ses erreurs. Et surtout, le mentor doit à l'occasion faire fi de son égo et accueillir le retour d'information constructive avec humilité.

Ce ne sont pas tous les individus à la recherche d'un mentor qui sont en mesure de faire une approche impromptue. Certaines grandes entreprises privées et organismes gouvernementaux ont mis en place des programmes officiels de perfectionnement du personnel qui soutiennent les activités de mentorat. Pour favoriser les activités de mentorat, on a recours à des facilitateurs qui sont aptes à réunir les gens. Le milieu associatif est principalement constitué de petits organismes et la plupart ne disposent pas de service des ressources humaines voué à la promotion et à l'appui du mentorat. La SCDA pourrait peut-être envisager établir un répertoire en ligne quasi-confidentiel et fournir des outils conseils ou toute autre information visant à augmenter ce type d'activité importante.

Si vous souhaitez faire l'expérience des avantages du mentorat et discuter de ce concept comme service possible de la SCDA, ou partager de l'information ou vos expériences, je vous invite à aller sur www.csae.com et utiliser le forum de discussion sur le mentorat. En passant, que vous soyez un apprenti ou un mentor, il est toujours préférable de réviser régulièrement votre plan de carrière ou d'en préparer un si ce n'est déjà fait, car les bénéfices en sont nombreux.

Share | |
print

Ressources