Perspective d’un chef de la direction d’un OSBL : Le parcours du leadership

Par Robert Ramsay, CAE

rating

 Vous avez le poste! 

Le 14 février 2011, note de service à tous les membres de l’association:


«Il me fait plaisir d’annoncer aujourd’hui qu’un nouveau président et chef de la direction exceptionnel a été choisi pour combler ce poste essentiel, en remplacement de notre président et chef de la direction sortant qui prend sa retraite après 23 années de service et de leadership sans pareil.» Ce message peut sembler doux et réconfortant pour les membres, mais le défi associé à l’entrée en fonction au poste de leader de toute association sans but lucratif peut sembler décourageant.

Posez la question à tout leader d’association expérimenté et il vous dira que la relation entre l’agent en chef du personnel et le président du conseil et le conseil d’administration est essentielle au succès d’une organisation sans but lucratif. Au fil des ans, j’ai eu la chance de côtoyer d’excellents présidents du conseil et C.A. C’est peut-être en raison de la nature même de notre industrie «de passion» – on l’a dans le sang, mais elle attire aussi et requiert des gens d’affaires très avisés. Peut-être est-ce dû au fait que nous sommes une industrie mondiale qui prospère en étant à la fine pointe de sujets très divergents mais d’un ensemble étroitement homogène de technologie, d’établissement de relations avec la clientèle et d’expérience de produit.

Peu importe les raisons, la direction d’une association exige un esprit de leadership et l’agent en chef du personnel est un rouage vital de cette machine. Ce n’est pas une liste des dix compétences éprouvées que doit posséder et démontrer un leader d’association exceptionnel. Il s’agit plutôt d’un parcours constant d’efforts, d’apprentissage, de fidélité à soi-même; de faire ce qui est bien pour tous les membres, parfois de lutter contre les obstacles, mais la plupart du temps d’influencer, d’être influencé, d’éduquer et d’être éduqué, et de toujours travailler pour faire ce qui est le mieux.

Ce parcours peut prendre racine dans les expériences et les situations de l’enfance, souvent par accident, mais il peut aussi débuter plus tard dans la vie. Le leadership peut s’apprendre lentement et progressivement (être capitaine d’équipe ou faire quelque chose pour sa communauté), ou vous être imposé par la force des choses, en période de crise par exemple.

Le parcours du leadership n’est pas un chemin tracé d’avance. Il comporte parfois des pas en arrière, de laisser d’autres personnes briller, tenter leur chance et échouer, mais d’être présent pour les soutenir au besoin. Le leadership signifie d’avoir confiance mais de savoir que vous ne pouvez pas avoir toujours raison. Le leadership signifie d’essayer, en sachant que vous ne réussirez pas toujours, mais qu’il est préférable de risquer un peu et de faire des gains que de ne jamais prendre de risque.

Après 23 ans comme cadre d’association, j’ai appris que le leadership ne porte pas uniquement sur l’agent en chef du personnel, mais aussi sur les gens que vous placez sur votre parcours. Le succès d’une association est un aspect, mais qu’en est-il des membres, des employés des membres, des employés de l’association, de vos collègues, de vos amis, de votre famille? Le leadership se manifeste à tellement de niveaux que ce serait le banaliser que de le mesurer par rapport à une seule association, un seul poste ou une seule profession.

Pourtant, il serait tout aussi malheureux d’ignorer les qualités et les exigences de leadership nécessaires pour diriger une association. Les associations sont des bêtes uniques et il faut un esprit créateur et alerte pour jongler avec les intérêts divergents et des alliances changeantes. Les leaders d’association ne sont pas une liste d’attributs permettant de les cueillir tel des pêches dans un arbre. Les leaders d’association doivent réussir à atteindre des objectifs qui demandent parfois la sagesse de Salomon et les compétences politiques de Machiavel. Et vous devez aussi faire preuve de gentillesse, non pas artificiellement mais sincèrement. Car on parle ici d’une entreprise de gens.

Chaque minute de chaque jour, les membres évaluent inconsciemment (parfois même consciemment) votre comportement et votre rendement de leadership. C’est aussi ce qui rend le leadership d’association plaisant, stimulant et passionnant (parfois trop passionnant).

La SCDA compte de grands leaders, présents et futurs. Aucun de nous n’est éternel, c’est pourquoi nous avons le devoir de préparer la prochaine génération de leaders. Ce devrait être une expérience vigoureuse et constante car c’est ce qu’il faut pour être prêt à ces responsabilités. Le leadership d’association n’est pas pour les coeurs sensibles. Saignez lorsque vous êtes blessé mais redressez-vous et continuez de lutter pour ce qui est bien pour vos membres et la population canadienne.

La SCDA se veut l’association du savoir pour le secteur sans but lucratif. Utilisez-la, apprenez des autres membres, suivez des cours, assistez à des conférences, obtenez votre désignation caé et soyez un leader.

 

 

Share | |
print

Ressources